Javascript Menu by Deluxe-Menu.com fable de Jean de La Fontaine : le singe et le léopard
portrait de Jean de La Fontaine le corbeau de la fable jardin de la maison natale actuellement le perron de l'entrée de la maison
fable de JEAN DE LA FONTAINE : 
Le Singe et le Léopard  LivreIX,  3
Pour Jean-Paul, qui souhaitait voir l'illustration de la fable   

LE SINGE ET LE LEOPARD

          Le Singe avec le Léopard
          Gagnaient de l’argent à la foire
          Ils affichaient (1) chacun à part.
L’un d’eux disait : Messieurs, mon mérite et ma gloire
Sont connus en bon lieu ; le Roi m’a voulu voir ;
          Et si je meurs il veut avoir
Un manchon de ma peau ; tant elle est bigarrée, 
          Pleine de taches, marquetée,
          Et vergetée (2), et mouchetée.
La bigarrure plaît ; partant chacun le vit.
Mais ce fut bientôt fait, bientôt chacun sortit.
Le Singe de sa part disait : Venez de grâce,
Venez messieurs. Je fais cent tours de passe-passe.
Cette diversité dont on vous parle tant,
Mon voisin Léopard l’a sur soi seulement ;
Moi, je l’ai dans l’esprit : votre serviteur Gille,
          Cousin et gendre de Bertrand,
          Singe  du Pape en son vivant,
          Tout fraîchement en cette ville
Arrive en trois bateaux, exprès pour vous parler;
Car il parle, on l’entend ; il sait danser, baller(3),
          Faire des tours de toute sorte,
Passer en des cerceaux; et le tout pour six blancs !(4)
Non messieurs, pour un sou; si vous n’êtes contents
Nous rendrons à chacun son argent à la porte.
Le Singe avait raison; ce n’est pas sur l’habit
Que la diversité me plaît, c’est dans l’esprit
L’une fournit toujours des choses agréables ;
L’autre en moins d’un moment lasse les regardants.(5)
Ô ! que de grands Seigneurs, au Léopard semblables,
          N’ont que l’habit pour tous talents !

La source de cette fable se trouve chez Esope "Le renard et la panthère", mais plusieurs versions de cette fable existent, l'original, perdu, serait de Babrius. Le sujet a aussi été traité chez Avianus, Haudent...
La morale chez Esope dit : La fable montre que les ornements de la pensée valent mieux que la beauté du corps. (Esope, fables, traduction de Daniel Loayza, GF-Flammarion.)

(1) leurs images faisaient l'objet de deux affiches différentes
(2) allusion à une étoffe rayée de diverses couleurs (du latin virga,verge, baguette, raie)
(3) il sait prendre les poses du danseur de ballet.
(4) petite monnaie valant 5 deniers.
(5) signifie : les spectateurs.

"Le léopard" n'est pas inscrit sur la planche

"Le léopard" figure sur la planche

deuxième planche de l'illustration de la fable

 Cliquer sur les images pour les agrandir

Pour l'explication de ces 3 illustrations, cliquer ici, puis rendez-vous à "la bibliothèque de Ch-Henri Génot-Boulanger"

lire d'autres fables