Javascript Menu by Deluxe-Menu.com fable Jean de La Fontaine : parole de Socrate
portrait de Jean de La Fontaine le corbeau de la fable jardin de la maison natale actuellement le perron de l'entrée de la maison
LIRE    JEAN DE LA FONTAINE :
PAROLE DE SOCRATE  Livre IV,  17
 



                PAROLE DE SOCRATE

            Socrate un jour faisant bâtir,
            Chacun censurait son ouvrage.
L'un trouvait les dedans, pour ne lui point mentir,
            Indignes d'un tel personnage ;
L'autre blâmait la face (1), et tous étaient d'avis
Que les appartements (2) en étaient trop petits.
Quelle maison pour lui ! L'on y tournait à peine (3).
            Plût au Ciel que de vrais amis,
Telle qu'elle est, dit-il, elle pût être pleine ! (4)
            Le bon Socrate avait raison
De trouver pour ceux-là trop grande sa maison.
Chacun se dit ami ; mais fol qui s'y repose.
            Rien n'est plus commun que ce nom ;
            Rien n'est plus rare que la chose.





 

La source de cette fable est Phèdre III, 9. Elle montre
que l'amitié sincère est très rare. La Fontaine reparlera
de l'amitié et de la valeur qu'il lui accorde dans la fable
"Les deux Amis" (VIII, 11)

(1) la façade
(2) les pièces
(3) on pouvait à peine s'y retourner
(4) même si elle est petite, je serais heureux de pouvoir
compter autant d'amis que la quantité de gens
qu'elle peut recevoir

Parole de Socrate, J.J. Grandville
Parole de Socrate, J.J. Grandville
Cliquer pour agrandir

lire d'autres fables