Javascript Menu by Deluxe-Menu.com fable Jean de La Fontaine : Le chien qui lâche sa proie pour l'ombre
portrait de Jean de La Fontaine le corbeau de la fable jardin de la maison natale actuellement le perron de l'entrée de la maison
Fable, Jean de La Fontaine, 
Le Chien qui lâche sa proie pour l'ombre,  Livre VI, fable 17
 

LE CHIEN QUI LACHE SA PROIE POUR L’OMBRE *

 

                  Chacun se trompe ici-bas.
                  On voit courir après l'ombre (1)
                  Tant de fous qu'on n'en sait pas
                  La plupart du temps le nombre.

Au chien dont parle Ésope il faut les renvoyer.
Ce Chien, voyant sa proie en l'eau représentée,
La quitta pour l'image, et pensa (2) se noyer ;
La rivière devint tout d'un coup agitée.
      À toute peine il regagna les bords,
             Et n'eut ni l'ombre ni le corps.


* Sources : Esope : Le chien portant de la viande (Nevelet p.259) ; Phèdre (Nevelet p.391)

(1) On peut lire dans l'Astrée d'Honoré d'Urfé (roman cité par La Fontaine comme un de ses favoris) :
Ce ne sont, dit Hylas, que les esprits peu sages qui courent après l'ombre du bien, et laissent le bien même

(2) faillit se noyer, crut qu'il allait se noyer

le chien qui lâche sa proie pour l'ombre
carte postale publicitaire

Lire d'autres fables